Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le monde de Stef Pour cause de changement de version du logiciel de blog, mon blog est complètement sens dessus desous. Veuillez m'excuser pour la difficulté de lecture engendrée par ce fait ....

Les studios de Marcel pagnol

Stef

marcel-pagnol-portraitLes studios de
Marcel Pagnol

Impasse des Peupliers & Rue Jean Mermoz à Marseille

 12-impasse-des-peupliers.jpg

Le 12 Impasse des Peupliers (1935-1938)

En 1933, Marcel pagnol fonde sa maison de production afin d'être son propre maitre et être libéré des studios tels que la Paramount. Il fonde les "Auteurs Associés" qui deviennent "Les films Marcel Pagnol" en 1934. Il tourne les intérieurs de films comme "Regain" et le "Schpountz" dans son petit studio situé au 12 Impasse des peupliers à Marseille. Au rez-de-chaussée du petit bâtiment sont logés le gardien et sa famille et au premier étage Marcel Pagnol. Le bâtiment prolongeant l'immeuble servait de studio auquel on accédait par l'arrière-cour. Il a maitenant disparu, l'actuel est un batiment construit après guerre.studio-impasse-peupliers.jpg

C'est la que le "Schpountz" est né: Il a réellement existé, toute l'équipe de technicien l'avait croisé maintes fois, "errant" dans le studio, espérant un rôle. C'est le chef opérateur, Willy Faktorovitch, qui l'avait surnommé le "Schpountz", un nom sans aucune signification!


Le studio du Prado (1938 -1942 )

Le studio de l'impasse s'était révélé trop petit et les installations insuffisantes pour les projets de Pagnol.

Il acheta au 111 Rue Jean Mermoz près de l'Avenue du Prado, une maison avec cour et dépendances. De plus, elle était mitoyenne avec trois grands hangars que le propriétaire louait. Ainsi naquirent les fameux Studios Marcel Pagnol.

Les hangars étaient d'anciens chais et ils nécessitèrent un travail important pour être utilisables. Marcel Pagnol n'hésita pas à mettre la main à la pâte en maniant la truelle aussi bien que le pinceau.

studio-marcel-pagnol-le-prado-1-copie-1.jpgLe portail des studios de la rue Jean Mermoz (et une Citroën C6!) et les vieux batiments industriels typiques du début du 20e siècle.studio-marcel-pagnol-le-prado-2.jpg

Vue sur la cour des studios ou l'équipe de Pagnol semble être en plein tournage .


Un atelier de construction de décors fut bâti au fond de la cour. Deux grands plateaux de tournages furent aménagés ainsi que des loges pour les artistes, une salle de maquillage et un magasin d'accessoires. Les premières scènes tournées là furent les deux dernières scènes du "Schpountz".

Marcel Pagnol, lorsqu'il ne tournait pas, louait ses studios et son équipe à d'autres cinéastes ce qui permettait à ses techniciens d'être employés à l'année.

Pagnol tourne la "Fille du Puisatier" lorsque l'armée allemande passe  à l'offensive en 1940. En 1941, la moitiée sud de la France est pour le moment préservée de l'occupation, il lance le tournage d'un film écrit pour Josette Day dans le rôle principal, "La Prière aux Etoiles". Les problèmes qu'il rencontre avec la censure et la difficulté grandissante de trouver du matériel et des pellicules de qualité acceptable le décourage. Il stoppe le film et ne sera jamais repris.

En 1942, la Zone Libre est dorénavant aux mains des Allemands. Plutôt que de se voir forcer d'utiliser ses studios au bénéfice de l'occupant, Pagnol revend ses studios cette même année.

Contrairement à celui de l'impasse des Peupliers, il ne subsiste rien des grands studios de la rue Jean Mermoz.studio-marcel-pagnol-le-prado-3.jpg

Vue d'un plateau de tournage à l'intérieur de l'un des hangars.


N'oubliant pas les techniciens ayant travaillés en ces lieux dont:

 

- Willy Faktorovitch, chef opérateur

- Roger Ledru, opérateur

- Henri Daries, opérateur

- Pierre Arnaudy, opérateur

- Georges Benoit, opérateur

- Marcel Lavoignat, technicien du son

- Jean Lecocq, technicien du son

- Max Olivier, technicien du son

- Etienne Fabre, technicien du son

- Charles Pons, directeur de production

- Henri Garzia, accessoiriste

- Suzanne de Troyes, monteuse

- Jeannette Ginestet, monteuse

- Marius Broquier, décorateur (maçon à la Treille)*

- René Paoletti, décorateur (maçon à la Treille)*

- Roger Corbeau, photographe de plateau

- "Pendule", machiniste

- Albino, maquilleur

 

...Et tous les autres dont je n'ai, malheureusement, pas retrouvé les noms.

 

* Ils furent tous deux les maitres d'oeuvre de Aubignane, le village abandonné construit sur les Barres de Saint-esprit, au dessus du vallon de Marcellin, pour le film "Regain".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires