Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le monde de Stef Pour cause de changement de version du logiciel de blog, mon blog est complètement sens dessus desous. Veuillez m'excuser pour la difficulté de lecture engendrée par ce fait ....

Redortiers

Stef

marcel-pagnol-portrait

Redortiers,

le vrai Aubignane de Jean Giono

Le village qui devait servir de décor à "Regain"


    Lorsque Jean Giono écrit son livre "Regain", il situe l'action en un lieu qu'il nomme "Aubignane". Il s'agit d'un vieux village de Haute-Provence, quasi- déserté par ses habitants. Seuls subsistent trois personnes qui assistent à la mort inexorable de la bourgade ou ils sont nés.

Ce lieu voué à la ruine existe bien car Giono s'en est inspiré pour créer "son" Aubignane.

Il s'agit de Redortiers, un village abandonné dans les Alpes de Haute-Provence, près de Banon.redortiers-1.jpg

Redortiers de nos jours. Seuls les tracès des rues subsistent dans la végétation, les vestiges d'une église et d'un donjon du XIIe siècle .

 

Redortiers

Redortiers était un village perché sur un éperon rocheux et comptant environ 500 habitants au milieu du XIXe siècle. Sa richesse provenait de la coupe de bois et du passage des nombreux troupeaux de moutons. Comme en d'autres lieux, la révolution industrielle sonna le glas de l'agglomération qui déclina dans la seconde moitié du XIXe siècle, lentement abandonnée par les habitants. Seuls quelques "vieux" demeurèrent et le dernier Redortièrin y mourut en 1918.

Dés lors, le village désert fut livré à la végétation.

Lorsque Marcel Pagnol décide d'adapter en film le livre de son ami Giono, le lieu du tournage semble tout désigné: Les ruines de Redortiers. Malheureusement, cela s'avère impossible à faire. L'équipe de Pagnol fait un repérage sur place et constate qu'il est trop difficile d'accéder sur les lieux avec le matériel, la route est trop impraticable pour les véhicules et le village trop délabré pour qu'une équipe de tournage puisse y travailler en sécurité.

Marcel Pagnol est donc obligé de rebâtir "Aubignane" spécialement pour le film, et ce sur les terres qu'il avait acheté dans les collines près du village de la Treille et qui lui sert à tourner certaines scènes en extérieur.la-tinette-redortiers-le-contadour.jpg

La ferme de Tinette à Redortiers le Contadour. Redortiers était traditionnellement un lieu de rassemblement où l'on comptait les moutons avant la transhumance (d'ou le nom de "contadour")

jean-giono-roger-ledru-suzanne-de-troyes-pres-de-contadour.jpgJean Giono, Roger Ledru et Suzanne de Troyes se réchauffent près d'un feu de camp quelque part dans la campagne autour du Contadour.


Tournage au Contadour

Le village actuel de Redortiers le Contadour n'est évidemment pas le même que le Redortiers de Giono (abandonné et en ruine) car le bourg d'aujourd'hui s'est déplacé dans la vallée. 

Après le tournage de "Regain", impressionné par l'accueil favorable des adaptations de ses livres par le public, Jean Giono désire tourner lui-même un court-mètrage sans acteurs destiné à illustrer un de ses textes. Il pense à ces paysages qu'il aime tant et connait si bien: ceux du plateau des Fraches. Ce film doit s'appeler "Solitude" et Giono choisit l'hiver comme cadre à ce récit.

Marcel Pagnol met donc à sa disposition une caméra et trois techniciens: Roger Ledru et Henri Daries, opérateurs et Suzanne de Troyes, scripte et monteuse.

C'est ainsi que la petite équipe quitte tous les matins son hôtel de Banon pour tourner sur le plateau enneigé. Forcés de tourner très tôt le matin pour filmer l'aube, Giono et l'équipe de Pagnol "s'invitent" dans l'unique et dernier café du village pour une nuit. Faute de clients, le café avait fermé mais les propriétaires, M. et Mme Merle y demeuraient toujours.madame-merle-cafe-de-redortiers-le-contadour-1938.jpg

Mme Merle, la propriétaire du dernier café-restaurant de Redortiers le Contadour, hiver 1938.

 

Ils passèrent alors la nuit sur des paillasses dans l'ancienne salle du café chauffé par son poêle à bois.

Giono et les techniciens passèrent ensuite plusieurs jours à arpenter la campagne pour des prises de vue. Comme le dit Henri Daries :

"Pendant ces quelques jours, nous avons réalisé de magnifiques images...qui doivent dormir, oubliées dans quelque boite bien close: le film ne fut jamais monté!"

A l'heure actuelle, le vieux village de Redortiers fait l'objet de chantiers de reconstruction avec l'aide de bénévoles sous la houlette de l'APARE (Association pour la Participation et l’Action Régionale) afin de revaloriser quelque peu le site laissé longtemps à l'abandon.

regain-orane-demasis-fernandel.jpgArsule (Orane Demazis) et Urbain Gédémus le rémouleur ambulant (Fernandel) se dirigent vers Aubignane. Regain, 1937.

Commentaires